Conseil Communal du 31.05.22

Ce conseil a vu plusieurs interventions du groupe Vert’libéral.

Tout d’abord, quant au préavis sur la zone réservée, le conseiller Chassang a retiré les deux amendements déposés par les Vert’libéraux lors du Conseil de fin mars, suite au retrait, par la commission de l’urbanisme, de l’amendement qui aurait permis d’intégrer le terrain dit  » Bois-de-Ban » à la zone réservée et suite au rapport de minorité présenté par Felix Schmidt, Président des Vert’lib et du conseiller PLR Pidoux, membres de la commission d’urbanisme, préconisant le rejet de la zone réservée.

Au nom des vert’libéraux, Monsieur Chassang a informé que le groupe voterait en faveur du rapport de minorité. En effet, le parti considère que le préavis pénalise lourdement de nombreux propriétaires, sans bénéfices réels pour la communauté, et qu’il serait possible de proposer un meilleur projet aux habitants et habitantes d’Epalinges, tout en respectant les directives cantonales.

Au final, la zone réservée a toutefois été acceptée par le Conseil Communal.

La création de trois nouvelles places de jeux (préavis 12/2022) a été saluée par le groupe. La conseillère Manon Reist a pris la parole pour questionner la municipalité quant aux coûts élevés de certains matériaux et les écarts entre des produits similaires. Le Municipal Jolliet a indiqué qu’en effet il devait y avoir une erreur quant à des poubelles affichées à des tarifs différents.

Le parti est satisfait avec le projet d’assainissement des terrains de football du Bois-de-la-Chapelle. En effet, ces derniers nécessitent une rénovation rapidement car peu praticables une grande partie de l’année.

Un vif débat a eu lieu quant au postulat sur la prise en considération de l’interdiction de quatre grand panneaux publicitaires qui figurent dans la commune. En son sein, le groupe prônait la liberté de vote au vu des avis divergents. Lors des prises de parole, le conseiller et 1er vice-président Bruneau est intervenu contre le postulat. Monsieur Bruneau a mis en avant le fait que les panneaux concernés n’incitaient pas forcément à la surconsommation et qu’ils promeuvent également des événements culturels. De plus, il a mentionné qu’il était de la responsabilité individuelle de chacun de mesurer son besoin et ses capacités d’achat.
En outre, le conseiller a évoqué que les panneaux rapportent des revenus à la commune et que l’activité des commissions, du personnel communal et des municipaux mobilisés engendreraient des frais qui seraient presque trois fois supérieurs à ce que ramènent annuellement ces panneaux publicitaires.
Le conseiller Mäder a également pris la parole pour aller dans ce même sens.
La prise en considération du postulat a été rejetée par une courte majorité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.